17 sept. 2017

Le pokémon casse tête !



Après un long moment d’absence (et ouais nous aussi on a des vacances !), nous revoici donc pour votre plus grand plaisir ! OU PAS AHAHHAHAHAHAHAH

Aujourd’hui est un grand jour, nous allons parler d’une de mes séries de jeux vidéo préférés, mais pas n’importe lequel ! Un jeu un peu oublié, que j’avoue j’ai connu plutôt tard et dont j’oublie parfois son existence… Aujourd’hui je vous parle de ….

le logo du jeu nitendo 3ds pokemon picross


… Comment ça tu sais pas ce que c’est? Bon c’est pas grave, on va faire avec et de toute façon, je suis là pour t’expliquer. Alors assieds toi, prends un café, donne moi un gâteau et on y va !
Commençons par le commencement, Pokemon Picross est un jeu free to play (OUI IL EST GRATUIT LOLOLOL) sorti le 3 décembre 2015 sur Nintendo 3DS. Alors qu’on soit clair tout de suite, ce n’est pas du tout un Pokémon comme le jeu de base, on ne se promène pas pour devenir le meilleur dresseur et toussa. Enfin, l’histoire de picross vous fait croire ça hein, logique, mais c’est pas ça du tout :3
En fait, ce jeu de casse tête est un peu un croisement (de mon point de vue) entre un sudoku et un démineur. MAIS POURQUOI, allez vous me dire. Et bien en fait c’est très simple (non je ne gagne pas du temps pour trouver ce que j’ai à dire).

Un des niveaux du jeu pokemon picross en normal

Donc, voilà la bête. Vous ne comprenez rien hein? Non mais c’est normal, j’ai tiré la même tête que vous la première fois. Ça a l’air compliqué au premier coup d’œil mais en réalité, c’est assez simple.
Les niveaux se déroulent comme un puzzle dans lequel il faut “peindre” afin d’obtenir la tronche d’un Pokémon. Pour faire ça, il faut s’aider des petits chiffres qui entourent le niveau, ce sont des indices. En gros, ils indiquent le nombre de cases que vous devez remplir dans les lignes et les colonnes. Par exemple sur la première ligne, il y aura 2 cases remplies qui se suivent puis une case seule, le reste des cases sera vide. Et là, vient toute la difficulté du jeu, tu ne sais pas où sont ces deux cases + 1 case remplies sur les 10 présentes !
Du coup, il faut être un minimum logique pour remplir chaque niveau. Par exemple, tu sais que sur la colonne où il y a le chiffre-indice 9 , il y aura une seule case non remplie vu qu’il y a 10 cases, le reste sera 9 cases remplies qui se suivent. Donc… Tu fais quoi? Non tu ne vas pas regarder la réponse sur Internet, reviens là ! Sois logique, détend toi… Oui, tu as trouvé ! Tu remplies toute les cases de la colonne, sauf la première et la dernière, bravo ! Bah oui, vu que tu sais que sur cette colonne, il y a 9 cases remplies qui se suivent, forcément, ça sera où la dernière ou la première case qui sera vide. Et de là, tu déduis pour les autres lignes et colonnes.
…..
Je vois que tu as l’air à fond ! Dit comme ça, ça paraît assez wtf mais quand tu as compris, tu avances plutôt vite ! Histoire que vous voyez un peu le début du jeu et quelques exemples, voici un petit let’s play de 30 minutes d’une chaîne anglaise de gaming : https://www.youtube.com/watch?v=jRwQKwOXSRM

Cependant, ce n’est pas tout ! Ce jeu cache pas mal de surprises que j’ai assez appréciées.
Quand vous réussissez un niveau, le Pokémon que vous avez “peint” est ajouté à votre pokédex et peut vous aider grâce à ses talents (il y en a 12 au total), talents qui changent en fonction de leur type. Certains talents sont assez cheatés, d’autres sont assez.. inutiles je trouve. Mais rêvez pas trop, après avoir utilisé un talent, le Pokémon est fatigué et va falloir attendre pour le récupérer. Et ouais mon gars, votre rêve d’esclavage Pokémon ne se réalisera pas dans ce jeu.
De plus, il y a différents niveaux dans ce jeu, ce qui varient un peu votre gameplay.
Vous avez les niveaux normaux, qui vont d’un carré de 10x10 cases, à 20x20, je ne sais pas s’il y a plus.
Vous avez les niveaux des Pokémons légendaires (et oui y’en a héhé), qui sont plus grands que les niveaux normaux et donc un peu plus durs (un peu comme les niveaux où tu dois utiliser un mot de passe pour les trouver).
Il y a le niveau des Pokémon méga évolués, ça j’ai jamais fait car il faut acheter un truc spécial qui coûte méga super cher et c’est la dèche (j’y reviendrais).
Il y a aussi les fresques, que vous gagnez en réussissant des objectifs sur les niveaux normaux. Ces fresques dérivent un peu des autres niveaux, dans le sens où aucun de vos Pokémons ne peut vous aider et qui à la fin, forment un tableau géant.


Les fresques du jeu pokemon picross
Les fresques de Groudon et Kyogre - la classe !


Il y a le mode alternatif qui possède une particularité assez rigolotes mais qui rend le mode de jeu un peu plus compliqué : en plus des chiffres indices normaux, il y a des “méga chiffres” qui indiquent le nombre de cases à remplir sur PLUSIEURS lignes ou colonnes. Et ouais, déjà tu comprenais pas le niveau simple, là c’est explosion de saveurs.

Un des niveaux alternatifs du jeu pokemon picross



Vous avez aussi l’entraînement quotidien, ce petit truc assez simple vous permet de gagner un certain nombre de Picrites par jour. MAIS AUDREY KECECE LES PICRITES, OH J’Y VIENS DEUX SECONDES.
Alors, mes amis, les Picrites vont vous EMMERDER. C’est l’équivalence des pokédollars, en gros elles vous permettent d’accéder aux autres zones, d’améliorer vos équipements, accélérer la récupération des Pokémons fatigués, avoir des trucs quoi. Et devinez quoi? Je vous rappelle que c’est un free to play? ET OUI TU AS COMPRIS, tu peux aussi en acheter via le Nintendo eShop avec de l’argent réel. Et du coup, vous avez compris… Votre avancement sur ce jeu est long, très long si vous jouez le jeu du free to play. Déjà, tu gagnes des Picrites en réalisant des objectifs sur les différents niveaux. Tu te dis “easy, je vais être riche”, oui mais non en fait. Y’a certains objectifs, tu peux pas encore les faire, et pour ne rien arranger, tu as une barre d’énergie qui se comptent en cases que tu remplies et qui se régénère doucement, trèèèès doucement, ce qui vous limite dans l’avancement du jeu et donc dans la récolte de Picrites. Que du bonheur. En plus de ça, certains objets spéciaux ou zones coûtent la blinde. Quand je dis la blinde, je pèse mes mots. Vous pouvez aussi avoir des Picrites en obtenant des médailles (je crois qu’il y en a 100), qui équivalent à des objectifs à remplir, tels que “débloquer 5 zones”.

Ce que j’apprécie dans ce jeu, c’est le côté puzzle, surtout quand les niveaux sont assez durs. Ca a un côté calme et reposant, c’est plutôt agréable, et les défis dans chaque niveau rajoutent un peu de piment, sans compter le médailles. Ces petits trucs rendent le jeu assez complet.
Cependant, le point regrettable du jeu pour moi, c’est le côté attente. Je sais que je suis impatiente mais je pense qu’en jouant à ce jeu vous allez me comprendre. Il faut toujours attendre en fait: attendre pour que ta jauge d’énergie se remplisse, attendre des putins de picrites pour passer dans une autre zone… T’y joue tous les jours pour pouvoir avancer, sinon c’est pas possible de faire quelque chose, c’est un peu comme le fameux candy crush, ce jeu du diable auquel tous tes amis Facebook jouent en se prétendant geek à temps plein.

Pour le coup, n’hésitez pas à tester ce jeu si vous êtes friands de puzzle mais ne vous attendez pas à un jeu qui se termine rapidement (le coup d’avancer le temps dans les paramètres de la DS ne marche pas, j’ai déjà testé héhé!). Je peux dire que ce jeu est un jeu occasionnel.

Respirez un bon coup et allez peinturlurez la gueule de tous ces pokémons en attendant le pokémon ultra lune ou ultra soleil héhéhé !



24 août 2017

Le Japon

Je vous préviens d’avance, cet article sera long et composé de nombreux pavés     

OK OK, je l'avoue, je vous l'ai caché, je suis parti au Japon pendant un peu moins d'un mois pour ces vacances d'été, c'est pour ça que je n'ai rien posté depuis longtemps... « Oui mais tu postais rien même avant » me dirait Audrey, oui c'est vrai. Meh.

C'est vrai, ça change, d'habitude je vous ennuie à parler de mes animes et de mangas alors que je ne suis qu'un amateur, et là BIM d'un coup, changement, je parle d'un putain de pays et je suis encore plus noob dans cette matière.
     Il faut savoir que le Japon est la représentation de ce que je me fais du pays idéal, il est loin de l'être (et aucun pays ne l'est ou ne le sera) mais moi ça me suffit.
     Et là vous vous dites peut-être « Mais wsh, tout ce que t'aimes c'est les animes et les mangas et tu qualifies le Japon de « parfait » juste sur ces critères ? » Laissez-moi vous raconter une histoire mes enfants.
J'ai commencé  à regarder des animes assez tard dans ma pauvre vie, les deux premiers étant Naruto Shipudden et Fairy Tail, oui vous pouvez me huer, mais j'ai une excuse : j'étais en seconde. Puis fin première est arrivé Sword Art Online, mon premier anime format classique (à savoir à peu près 10 à 20 épisodes par saison) puis ont suivi les grands noms de l'époque : Shingeki no Kyojin, No game no life et toute la clic.
    Mais à ce moment-là je ne regarderai que « quelques animes » qui m'étaient souvent recommandé par le même ami (#Helishunlecochon), ce n'est qu'en deuxième année de BTS que j'ai commencé à suivre les animes selon les saisons de sortie. Donc niveau anime, tout ce qui date de plus de 2 3 années, à part les grands noms, je ne connais pas grand-chose. Dites-vous, quand j'ai connu ma partenaire d'écriture, en 5ème, l'animation n'existait pas dans ma vie.
    Bref, je me perds. Oui, l'expérience Japon a commencé par les animes et les mangas, et soyez honnête, vous aussi votre premier contact avec ce pays a été soit la bouffe soit les animations ou mangas. Mais certains sont allés plus loin, comme moi.
    Je ne sais plus exactement comment ça a commencé, mais maintenant il y a des choses qui m'intéressent tout autant que l'animation japonaise comme : le mode de vie japonais, la société, leur culture, bla bla bla, un peu tout quoi. Sauf les temples, enfin c'est bien mais faut pas forcer dessus.
    Et je ne dis pas que je suis un pro en ce qui concerne l'histoire, la culture et tout ce qui définirait le Japon, j'en suis à des années lumières, et ce n'est pas comme si je connaissais le France par cœur.
    Mais, juste s'y intéresser et s'en informer, est-ce suffisant pour idéaliser ce pays ? Bah pour vous peut-être pas, mais pour moi ça me suffit, quand je compare France et Japon, la balance à tendance à basculer du côté des asiatiques.
    Enfin, la France en soit je m'en fiche, c'est plus les français qui me dérangent. Dans le fond, je suis sûr que les français et la japonais sont les mêmes cons dans l'âme, mais les japonais font moins chié, en public en tout cas, après chez eux ils font ce qu'ils veulent.

Et maintenant que mon deuxième voyage au japon s'est terminé (oui deuxième, lel), il y a quelques choses que j'aimerais partager mais ATTENTION, j'ai le point de vue d'un touriste geek otaku qui ne possède pas le savoir de l'infini, alors prenez mes informations avec des pincettes. Alors, commençons par retracer vos premiers pas dans ce fabuleux pays. Vous atterrissez au Japon, vous êtes fatigué du voyage qui aura duré plus longtemps que prévu à cause de problèmes techniques, et maintenant la seule chose à laquelle vous pensez : trouver votre hôtel ou votre maison et s'y reposer.  Mais hélas, quelques épreuves vous attendent.
    Sorti de l'avion, vous allez affronter l'aéroport, la douane, le ramassage de vos valises, mais ce que vous allez devoir passer après ce trajet aérien, c'est le trajet terrestre, votre première épreuve sera

Les Transports

D'un pays à un autre, ce qui fera toujours angoisser un touriste, ça sera les transports, est-ce que je vais dans la bonne direction ? Est-ce la bonne ligne ? Je devrais demander mon chemin... mais je ne sais pas parler la langue.
    Attention, pour le reste de cette vidéo, je vais surtout donner mon impression de Tokyo, j'ai été à Osaka, mais pour les transports c'est relativement la même chose. Vous remarquerez que j'ai dit vidéo, lol.
Première impression dans les gares et autres stations : c'est propre, c'est bien organisé et c'est ponctuel, les retards arrivant assez rarement contrairement aux ReR parisiens qui ne font pas un jour sans problèmes. (Moi je les prends pas mais si tu te reconnais, sache que j'me fous de ta gueule)
    C'est propre : ça pue pas le caca, il n'y a rien par terre, les wagons sont lavés à chaque terminus bref là-dessus c'est nickel.
    C'est bien organisé : il y a des files d'attentes pour entrer dans les métros laissant la place aux gens qui sortent (et c'est respecté, la plupart du temps), les escaliers sont divisés en deux : montés descentes (sens respecté aussi), du personnel est constamment sur les quais pour aider en cas de besoin et donner le feu vert au conducteur pour fermer les portes.  Organisation OK.
    C'est ponctuel : bon vous savez ce que ponctuel veut dire et évidemment, il y a des retards, ça arrive.

Mais tout ce sont c'est des impressions visuelles, par contre niveau information, c'est comment ? Si vous n'avez qu'à prendre les métros, ça va, il y a des similitudes avec les métros parisiens sauf que parfois, il faut sortir du métro, traverser la route pour aller dans la station de la rue d'en face juste pour prendre la direction opposée (je pense notamment à la station de Suehirocho, proche d'Akihabara). Et vous devrez bien avoir l'oeil pour trouver le bon sens, je ne vous cache pas que c'est un peu caché si vous n'y êtes pas habitué. Par contre, si vous voulez vous amuser en utilisant toutes les lignes de trains existantes, là ça devient un peu plus compliqué à comprendre, ce n'est pas insurmontable mais il faudra faire appel à vos sens de détectives, de détective conan même, parce qu'on est au Japon. J'ai mangé un clown lol.     
En ce qui concerne les prix : pour ce qui est des lignes de métros et la ligne JR, vous pouvez acheter des pass journée ou des tickets tout simplement (enfin je crois, moi je fraude yakoi), ou vous avez la fabuleuse carte Suica avec un PINGOUIN dessus (il y en a une autre rose, Pasmo, mais osef c'est pas un pingouin) qui vous permet de passer les portiques. Laissez-moi faire une parenthèse sur la carte Suica. C'est une carte qui contient de l'argent que vous mettez dedans et que vous pouvez recharger dans les gares, mais elle ne sert pas qu'à prendre les transports. Elle peut vous servir à payer dans certains combinis (on reviendra là-dessus plus tard), à vous payer des boissons dans les nombreux distributeurs de boissons (pas tous, malheureusement), à jouer dans les salles d'arcades et évidemment, à payer vos trajets en transport en commun. En bref, la carte Suica c'est la vie. Si vous allez au Japon, pensez à vous en faire une en France dans différentes agences. (ou j'imagine qu'on peut le faire sur internet)
Pour les lignes de métros et JR (et sûrement d'autre) vous paierez en fonction de la distance que vous allez parcourir (donc l'argent sera débité à la sortie). Vous pouvez check combien coûtera votre trajet sur des plans à dispositions dans les gares. Et sans mentir,  ça peut devenir assez cher le trajet, de 80c à 2-3€ l'allée, donc parfois il sera plus rentable de prendre des pass journée. (ce que je n'ai pas fait)
    Pour les trains qu'on appellerait ici « grandes lignes », il faut acheter un billet et le prix dépendra de, je sais pas, de la météo. Exemple : de l'aéroport de Narita à Ueno, là où j'habitais, en utilisant la skyline express, train rapide qui s'arrête peu, on a payé 9000 yens à 4, ce qui fait 2250 yens par personne, soit 18€, c'est raisonnable, mais c'est un trajet quasi inter-Tokyo, Narita étant collé à Tokyo.
    Vous aurez aussi la possibilité d'acheter un « rail pass » (ou un truc dans le genre, en tout cas on l'avait cette année) vous permettant de prendre le train dans tout le Japon à l'infini sans payer de ticket, sauf le pass qui aura un prix variant selon son temps de validité. Le train&JR et pas le métro par contre. Sinon un trajet Tokyo-Kyoto c'est genre, 110€ l'allée, oui, donc un rail pass devient rapidement rentable. (comme l'ancien pass annuel de Disney Paris lel) Tout ce côté technique passé, comment se passe un voyage sur les rails japonais ? Hé bien c'est plutôt agréable. C'est bien, très bien, voire parfois trop climatisé en été, la majorité des métros sont équipés d'écran juste au-dessus des portes qui vous donneront le nom, en différentes langues, d'au moins la station qui suit avec des indications quelque fois très détaillées des quais vous vous apprêterez à découvrir (numéro de votre wagon, où se trouve les sorties, à quoi la station est reliée, etc etc...), et si jamais vous n'avez pas vu l'écran (ou qu'il n'y en a pas), il y aura des indications vocales faites en japonais et en anglais compréhensif.
La fatigue se fait de plus en plus ressentir, mais courage, le train et le métro sont maintenant derrière vous. Main à la valise, vous vous dirigez vers une sortie quelconque, sachant pertinemment que google map vous donnera le chemin où que vous soyez.
    Vous prenez enfin l'air, et c'est avec votre deuxième main occupée par votre téléphone que vous vous aventurez dans

La Rue

Ça va, la rue vous en affrontez tout le temps et c'est pas si différent au Japon, à part si vous ne sortez jamais, comme moi. Il y a quand même quelques détails qui font que leurs rues sont un peu particulières.
    Déjà, même remarque que pour les transports : c'est propre, rien est au sol, pas même une fiente de notre ami le pigeon alors que bordel, où sont les poubelles ? Poubelle, poubelle où t'es, pou... OK.
    Vous en trouverez à côté de certains distributeurs ou à des combinis, mais sinon ils en font quoi les japonais de leurs déchets ? Bah ils les gardent sur eux, voilà, ils les jettent pas par terre comme ces connards qu'on a déjà tous vu, ou peut-être bien que c'est toi le connard qui jette tes merdes par terre.
     Ha et des bancs aussi vous en trouverez que très peu. Donc mesdames avec vos talons moches là, essayez de venir avec au Japon vous rigolerez moins. Purée j'ai été agressif sur ces deux paragraphes
Puis arrive la première fois que vous allez traverser une route japonaise, woaw, hype, amusement. Nan mais attendez, là-bas vous allez réapprendre ce qu'est un feu rouge. Quand le bonhomme est rouge, ça veut dire tu traverses ap mon gars, sinon t'es le sheitan. Même si il n'y a pas de voitures, t'attends même si c'est SUPER long. Tu vois, cette route avec un feu rouge qui n'est traversé qu'une fois tous les 542 ans par la même voiture couleur bouse de papillon, bah même là t'attends, ha ouais là-bas le feu rouge c'est pas de la décoration.
    Sur quelques feux il y a même un compte à rebours sous forme de jauge pour savoir combien de temps il te reste avant que le bonhomme passe vert, hein comme ça tu vois combien de temps il te reste à fondre au soleil entouré de centaines de personnes. Et quand la dernière barre de la jauge arrive, premièrement, celle-là elle te nique parce qu'elle est plus longue, et deuxièmement tu te prépares mentalement à rentrer en collision avec le troupeau de la rue d'en face parce-que quand ça passe au vert c'est LA GUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERREEEEEEEEEEEEEEE.

Nan en vrai ça va, à ce moment ton cerveau calcule la trajectoire des dizaines de personnes en face de toi à peu près 50124 fois par seconde pour te tracer le chemin qui te sera le plus favorable avec une marge d'erreur d'à peu près 5%, parce-que tu peux pas prévoir la variation de la vitesse ou de l'intensité lumineuse, faut pas déconner. Sinon petit tips : vous vous mettez sur les extrémités. Une chose bien, bien bien bien pratique que le Japon a, ce sont ces distributeurs de boissons, et parfois de glace. Il y en a quasiment P A R T O U T et sur les rues publiques les prix sont très souvent plus que raisonnable, et je dis sur les rues publiques parce-que à Disney, la légende raconte que les distributeurs rigolent quand t'y prends des trucs.

    Vous rencontrerez peut-être des « prospectus man ou girl » comme je les appelle qui vous mettront leurs merdes (et parfois des serviettes hygiéniques pour les filles mdr) vraiment sous votre nez. Parfois t'es content parce-que cette merde c'est un éventail, parfois (souvent) c'est du papier, tu le prends mais vu qu'il n'y a pas de poubelles, bah t'es niqué, t'as plus qu'à te le prendre dans tes fesses.
    Et à Akiba (Akihabara) en particulier, vous croiserez des prospectusmaids, et c'est encore plus gênant.
Autre détail, des vélos vous en croiserez tout le temps c'est obligé. Du coup, en tant que parisien, ton esprit n'est plus prêt à affronter ce genre de situation parce nous on a les pistes cyclables (ce qui aurait été plus logique au Japon vu le nombre incroyable de vélo qui défile). Du coup quand tu vois un vélo rouler à côté de toi, bah tu fous un chassé.
    Non tu fais pas ça stp. En fait le problème n'est pas tellement qu'ils roulent sur les trottoirs, ça on s'en fiche en vrai. Personnellement, et là c'est vraiment quelque chose de personnel, je pense que le terme « esquiver » n'est pas un terme qu'ils ont bien assimilé.
    Par exemple, mettons nous en situation, tu marches sur ton large trottoir SEUL avec comme seul parasite, un vélo qui vient d'en face (ou même de derrière) à 20 mètres, même pas. Le plus logique serait que le vélo dévie sa trajectoire rectiligne en tournant légèrement à gauche ou à droite vu qu'il n'y a personne BAH NON. Si c'est pas toi, piéton, qui bouge ton fion, il te roule dessus.
    Non il fait pas ça, comme toi tu lui mets pas un chassé, mais il va t'esquiver au dernier moment. Et putain ça ça m'énerve, parce-que parfois, en tant que piéton, une partie du trottoir est occupé et l'autre non (parce-que les trottoirs sont plus ou moins divisés en deux par moment), donc ça paraît logique que le vélo en face de toi va dévier du côté non occupé BAH NON PUTIN. Et si il vient derrière toi, limite son guidon te frôle les fesses, pour peu qu'en t'en as des grosses il va vraiment te les frôler et peut-être pas qu'avec le guidon. Je rigole.
    Et je dis vélo, mais entre deux piétons c'est la même, « l'esquive prématurée », tu sais ce truc que tu fais pour éviter la situation gênante où, en plein milieu d'une rue, t'es bloqué en face d'un gars et que du coup tu veux partir à gauche mais que lui aussi a la même idée du coup tu tentes la droite MAIS LUI AUSSI IL CHANGE ET DU COUP TU RECHANGES mais lui aussi DU COUP TU LUI METS UN COUP DE TÊTE A CE FDP. Bah ça, ça m'est arrivé souvent, c'est un détail mineur mais c'est parce-que je suis français et parisien, il était de mon devoir de me plaindre.
    Et c'est marrant de voir ça dans un pays où les habitants ont été presque élevé depuis leur naissance à ne pas, en gros, « déranger son prochain » (c'est sûrement plus compliqué et philosophique que ça). Enfin peut-être qu'eux ça ne les dérange pas, tant qu'ils ne se font pas écraser. Est-ce qu'il est facile de s'orienter en ville ? Heu... bah j'espère que t'as google map parce qu'en vrai je suis pas sûr que t'aies des panneaux partout pour te dire où se trouve ton temple, et en France c'est la même chose du coup ne va pas demander un truc à un pays alors que le tien ne le fais pas non plus. Sinon tu peux t'aider des indications pour les voitures, c'est ce que je faisais quand je me baladais autour d'Ueno pour revenir à la gare et rentrer chez moi ensuite.  

     Mais tout ça c'est en ce qui concerne les rues de Tokyo dans les grands lieux blindés. Il y a plein de lieux résidentiels bien plus calmes et pour ça je vous renvoie vers la vidéo d'Ici Japon. C'est bon, vous avez vaillamment combattu ces barbares à vélos qui vous fonciez dessus, ces prospectusmen donneur de serviettes hygiéniques et réussis à passer la traverser de la rue de l'enfer, l'hôtel se présente à présent devant vous. Vous sentez le confort et la douche se rapprocher de plus en plus vite.
    Mais là, problème, votre chambre est déjà occupée. Néanmoins, ils reconnaissent leur erreur et vous surclasse, la chance ! Enfin... c'est ce que vous pensez comprendre, parce-que votre interlocuteur n'est pas très doué avec
L'anglais
Au Japon, c'est triste à dire mais, l'anglais c'est une calamité. Déjà, j'espère pour vous que votre hôtel a un personnel qui parle anglais, ce qui sera probablement le cas mais il fallait une raison pour que votre aventure colle avec cette sous-partie.
    Vous le remarquerez sûrement, quand vous arriverez dans l'aéroport, tout est traduit en anglais, pareil quand vous prendrez le train, le métro et HEUREUSEMENT, et les responsables de l'information sauront généralement vous répondre en anglais. Même dans la majorité des restaurants et lieux touristiques, presque tout sera traduit en anglais.
    Mais alors où est le problème ? Bah quand l'écriture ne suffit plus, il faut passer à l'oral, et là vous allez douiller mes amis.
    Bon c'est pas impossible de se comprendre, mais parfois (voire souvent) compliqué, n'hésitez pas à apprendre quelques mots et phrases en japonais avant de venir, ou à utiliser google traduction, ça marche aussi.
L'anglais est, comme en France, une langue qu'on apprend généralement à l'école. Pour les japonais, l'anglais n'était qu'une matière comme peuvent l'être les mathématiques ou la littérature, non pas un outil qui peut être utile dans le futur, comme les mathématiques et la littérature en fait. Et je ne dis pas que les français parlent très bien anglais non plus, ça se saurait si c'était le cas.
    J'ai dit « n'était » car je pense et j'espère vraiment que ça va changer. J'ai vu des émissions à la télé pour enfant pour leur apprendre l'anglais, et leurs méthodes sont bien plus efficaces que Dora l'exploratrice croyez moi (pour une fois que je complimente la télévision, et j'aime encore moins la télévision japonaise). Donc je pense que d'ici quelques années ce problème sera réglé, le Japon a sûrement dû mal anticiper la monté du tourisme.
    Par exemple, Disney. Je n'y suis pas allé mais des amis qui étaient au Japon en même temps que moi y sont allés et m'ont raconté les choses suivantes. Contrairement au reste du Japon qui possède des indications un peu partout en anglais, Disney et Disney Sea eux, n'en sont pas équipés. En d'autres termes, les deux parcs ne sont pas bien préparés au tourisme, ce qui est dommage car Disney Sea est réputé pour être le plus beau Disney du monde. Avec un tel titre c'est bête de ne pas prévoir des repaires pour les non japonais parce-que « le plus beau Disney du monde », ça attire du monde, même si t'es sur une île.
    Et ce qui est marrant, c'est qu'en France c'est l'inverse, dans les transports c'est demmerde toi touriste, mais Disney est limite anglais. Ce qui paraît plus logique pour le coup parce-que Disney est américain et que notre parc est le seul d'Europe donc il y aura forcément des étrangers. Le Japon c'est une île du coup... bon je vais arrêter de leur chercher des excuses, ça c'est à changer.
Comme on parle de la langue, pourquoi ne pas parler de comment les étrangers sont reçus ? C'est assez compliqué ? Oui et non, déjà de ce que j'ai pu remarquer (ainsi que mes amis) c'est que ça dépend de la tranche d'âge, c'est bizarre mais c'est comme ça.
En tant qu'étrangers, les personnes âgées de 30 à 50 ans n'auront pas l'air très sympathique envers vous. Ça se voit dans les commerces/restaurants car ils ne parlent pas anglais et n'essayeront pas forcément de vous aider, et encore plus dans la rue et transports parce qu'ils sont pressés et tout ça, tout ça.
    Donc par élimination je dis que c'est la classe âgé et la classe jeune qui sont les plus amicales, but why ? Parce-que c'est du vécu. Il est arrivé que, perdu dans la rue à chercher quelque chose avec mon groupe d'ami, un homme qui devait avoir plus de 60 ans est venu de lui-même, de nul part, nous demander ce qu'on cherchait. Et dans les commerces, quand c'est tenu par ces personnes âgées, souvent ces dernières essayent de vous guider, toujours avec le sourire, ce qui n'est pas forcément le cas de la classe 30-50.
    Et qu'en est-il des jeunes ? Eux, vu que l'école est encore frais dans leurs esprits, ils arrivent à sortir des mots en anglais. Assez souvent à Akihabara (mon quartier de cœur), je croise, ou des jeunes à la caisse, ou des un peu plus âgés, et bien la différence au moment de payer se fait ressentir.
    Ils posent souvent des questions en japonais, genre « avez-vous une carte » bla bla bla, puis remarquent que vous ne parlez pas leur langue maternelle. Les jeunes vont tenter une approche pour vous aider, les plus vieux ne diront plus un seul mot à part quelques politesses.
    Autre expérience, au combini, une caissière me demandait si je voulais qu'elle réchauffe mon truc, sur le coup je n'ai pas compris, du coup elle m'a laissé en plan, et c'est une autre caissière plus jeune (qui était occupée à faire autre chose à la base) qu'est venue me demander, en anglais, si je voulais réchauffer mon plat.
Je pense que ce sont des cas particuliers, je répète que ce sont des expériences personnelles et que ça n'a pas dû arriver à tout le monde.
   Tous ne sont pas comme ça (en tout cas je l'espère). Les personnes âgées sont sûrement plus sympas avec les étrangers car ils n'ont pas connu ça avant et qu'ils n'ont plus de raison de se presser pour un oui ou pour un non.
   Les adultes actifs n'ont pas été éduqués dans l'optique de faire face à des étrangers qui les ralentissent dans leur travail  et leur quotidien parce qu'ils ne parlent pas la langue. Parce-que oui, généralement un touriste ça dérange, ça bloque le chemin parce qu'il cherche quel métro prendre, ça te pose des questions que tu ne comprends pas etc etc... (et ça fait genre ça parle japonais alors que non mdlol #Moi)
   Et les jeunes sont en train de grandir dans cette époque où les japonais commencent à comprendre que l'anglais, bah c'est important et surtout, ils sont plus ouverts avec la montée d'internet et des réseaux sociaux comme YouTube et Nico Nico (qui est la plate-forme vidéo des japonais maintenant utilisé par des anglophones, pas la Nico de Love Live).

    Je vous fais peut-être un peu peur mais ne vous en faites, vous y arriverez très bien même avec cette lacune en anglais, ce n’est pas comme si toi, lecteur, tu parlais anglais aussi.
    Et je dis qu'on est parfois mal reçu tout ça tout ça, mais en France le jour où nos restaurants présenteront des cartes en anglais appelez moi. Puis ce n'est pas que les 30-50 qui cassent les couilles dans l'hexagone, et pas qu'aux touristes. Bref avançons. Les négociations sont terminées, finalement vous avez bien été surclassé, super ! Vous rentrez dans votre chambre climatisée et faites connaissance avec votre lit, la télévision japonaise un peu spéciale et tout d'un cas d'équipements.
    Après plus de 10 heures de vol, une douche s'impose avant d'entreprendre quoi que ce soit. Vous rentrez donc dans la salle de bain et vous remarquez que tout n'est pas disposer exactement à

La Maison

Ouais mes intros sont de plus en plus nulles... ouais...
    Déjà quand tu rentres dans une maison, ou un hôtel aussi (j'imagine), t'enlèves tes chaussures, tu ne les gardes pas comme tu peux les garder quand tu vas chez des gens et que t'as pas envi que tout le monde sente que tes pieds puent. Et les pieds d'Audrey puent particulièrement. C'est une règle de vie c'est comme ça tu t'y plies.
    Ensuite, woaw, c'est climatisé, et quand tu reviens de la rue où il faisait 40°C, ça sauve ta vie de rentrer chez toi.
    Alors il faut savoir que nous (ma mère mes deux frères et moi) avons logé dans un appartement Air B&B, tout à fait sympathique équipé de tout plein de choses pratiques qui, j'imagine, ne sont pas installés dans tous les appartements ou hôtels, mais qui peuvent l'être alors autant en parler.
Mon appartement possédaient (et possède toujours accessoirement) 2 étages, pour qu'on soit clair : 2 étages + le rez de chaussé qui est en fait au 4ème étage d'un immeuble. Et ça sera très souvent le cas. Si vous habitez seul, une pièce vous suffira largement, si vous avez une famille, il faudra penser à agrandir les lieux et comme le prix des terrains est plutôt cher, construire en hauteur est la meilleure des solutions. (Pareil, la vidéo d'Ici Japon en parle un peu)
    Et vous le remarquerez assez vite, mais les centres commerciaux et tous sont très souvent bâtis sur de nombreux étages, ils sont très grands en hauteur et pas forcément en largeur (et quand c'est les deux, n'y vas jamais avec ta copine).
    A Akihabara par exemple, à première vu dans la grand allée d'anime/jeux vidéo/électronique, il n'y a pas tant de magasins que ça, mais en fait chaque magasin de rez-de-chaussée donne accès à 4, 5, 6, 7 étages qui sont en fait d'autres magasins, ce qui rend la chasse aux goodies et figurines d'autant plus intéressante.
Bref, ça c'était la parenthèse sur la hauteur des bâtiments, qu'en est-il de l'intérieur de votre chez vous temporel (ou peut-être définitif) ?
    Une maison c'est une maison, et un hôtel c'est un hôtel, le Japon est un pays aux traits plutôt occidentaux, pas sur tout mais sur les logements on s'y retrouve un peu.
    Je n'ai passé qu'une nuit dans un hôtel, il n'était pas mauvais et NON on ne dort pas par terre partout. C'est vrai qu'on peut trouver des futons au Japon, d'ailleurs j'en ai eu quand j'étais dans notre appartement à Osaka, et je ne trouve pas ça confortable. Voilà ça, c'est dit.
    Ce qu'il y aura de plus ou moins en commun entre un hôtel et une maison, ça sera la salle de bain et les toilettes, 2 salles propres à la technologie nippone. Parlons des toilettes en premier, hé oui, vous l'attendiez, le fameux jet d'eau laveur de caca. Hihihihihihihi j'ai dit caca.
    Mais mais mais, vous croyiez que les toilettes japonaises s'arrêtaient à ça ? Vous êtes si naïf. Déjà, tu peux choisir la puissance du jet, tu peux aller de la petite caresse à la sodomie, manquerait plus que tu puisses choisir la température de l'eau... si ce n'est pas déjà fait.
    Te nettoyer le cul avec du PQ alors qu'il est trempé, tu trouves ça pratique ? Non ? Hé bien, certaines toilettes sont faites pour toi. Tu peux avoir un putain de jet d'air pour te sécher le derrière, et pareil, pression de l'air réglable. J'avais pas ça dans mon appart, mais j'en ai vu dans un restaurant.
    Tiens, dans un restaurant par exemple, ou dans un lieu publique, imaginons que vous voulez couler un bronze, vous, pouvez, mettre, de la, MUSIQUE sur certaines toilettes, volume réglable. Enfin « musique », c'est genre des bruits de cascade tout ça tout ça. C'est pas GENIAL ? HEEEEEEEEEEEEEEEIN ? *reprends son souffle* Attendez c'est pas tout.
    Chez mes amis, dans leurs toilettes à eux, ils y avait un système de renouvellement de l'air qui se déclenche juste après avoir tirer la chasse avec un indicateur devant la porte te disant quand le renouvellement est fini pour que tu puisses y rentrer sans sentir le passage de ton prédécesseur. WESH, POURQUOI ON N'A PAS CA CHEZ NOUS ? BUT WAAAAAAAAAAAAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIT.
    Vous sortez des toilettes, mais ce sont des toilettes qui ne sont pas dans la salle de bain du coup faut marcher pour aller vous laver les mains, c'est chiant du coup tu te les laves pas. VOUS SENTEZ VENIR LE TRUC ? VOUS LE SENTEZ ? En plus d'avoir le jet d'eau, il y a un robinet qui va faire couler l'eau qui servira à reremplir le réservoir d'eau des chiottes ET A TE LAVER LES MAINS. ALLO ? LES INGENIEURS DES TOILETTES DE FRANCE VOUS FAITES QUOI ? Par contre il n'y a pas ça partout, parfois ça sera les deux, parfois ça sera soit l'un soit l'autre, parfois rien, triste.
     Mais où est-ce que je veux en venir avec ces toilettes ? En fait, au Japon il y a plein de choses pratiques dans les maisons auxquelles les français n'ont pas forcément pensé comme, des télécommandes pour la lumière au lieu de simples boutons nuls (et avec tu peux... faire une petite ambiance tamisée), la WiFi portable (enfin ça c'est bien dehors parce-que ça a une portée de merde et un débit assez mauvais) ou... bon encore les toilettes, mais les portes PQ, ya un simple petit truc qui se plie pour enlever et remettre des rouleaux, ça c'est simple comme faire caca comment est-ce qu'on n'y a pas pensé ? Et du coup ce qui marque vraiment le plus, ce sont ces toilettes. Et la salle de bain, c'est comment ? En fait la salle de bain est « divisée » en deux, en gros : là où il y a un lavabo, tout ce qui sert à se faire beau et peut-être une machine à laver, puis une autre salle séparée par une porte vitrée semi transparente équipé d'un pommeau de douche et d'une baignoire, là où vous vous laverez.
    Alors là-bas c'est ou tu prends une douche, ou tu prends une douche et un bain. En fait, quand vous avez habitez à plusieurs, le bain sera généralement coulé pour tout le monde, donc il faut se laver intégralement en utilisant le pommeau de douche et tout un équipement avant de rentrer dans le bain pour ne pas le salir. Et c'est d'autant plus important de respecter cette règle aux bains publics.
Évidemment, tous ces gadgets n'ont pas une probabilité d'être dans tous les foyers ou hôtels à 100%, parfois ça sera plus, parfois moins, parfois rien, m'enfin voilà. J'aurais dû faire une sous partie « Toilettes » en fait.

     Douche prise, vous vous sentez revivre. Tout ce qui vous attend maintenant, c'est votre lit, regarder ce qu'il s'est passé sur le reste du monde pendant vos 10 heures d'absences grâce à votre ordinateur ou smartphone mais vous vous rappelez que vous n'avez rien mangé depuis 10 heures parce-que vous avez pris une compagnie low-cost et que vous n'avez rien voulu payer.

    Que manger ? Vous êtes au Japon, ce qui vous passe par la tête c'est... sushi ? Mais vous n'en avez pas vu sur votre chemin, mais que peut bien vous offrir

La Restauration Japonaise

     Déjà, si vous êtes dans cette situation, c'est-à-dire fatigué samer mais le ventre vide, à part les sushis (ce qui est très cliché) vous allez penser fast-food, pas forcément fast-food malbouffe, mais un truc qui se mange vite. Parce-que revenons sur l'anglais, fast-food ça veut pas dire malbouffe, mais bouffe rapide.
    Si vous voulez vraiment le burger des familles, McDo, KFC, Burger king, on retrouve tout ça au Japon, mais ça ne s'arrête pas là, Lotteria, Carl's Jr, Wendy's, Freshness burger enfin bref, pour le gras t'as le choix.
Et pour ce qui est le fast food un peu plus sain, qu'en est-il ? Si quelqu'un me pose la question, je pense directement à ces restaurants où on commande sur des bornes. En fait dans certains restaux il y aura des machines à l'entrée, vous commandez un plat, la machine vous rendra un ticket que vous donnez aux cuisiniers et voilà, vous attendez quelques minutes et c'est fini. Un peu comme les bornes des McDo's et autres qu'on connaît.
    Pourquoi j'appelle ça un fast food, parce-qu'on vous sert rapidement et les gens viennent, mangent en despi, et repartent, pas le temps de niaiser. Alors nous, touristes on y va « OUAH C'EST TROP IENB » du coup on y reste 20 ans mais sinon t'y restes même pas 10 minutes.
    Tu peux trouver ce genre de restaurants partout et tous proposent des trucs différents, takoyaki, ramen (qu'on prononce LLLamen, comme AkihabaLalalalalalla), donburi enfin voilà. Et c'est pas forcément de la bouffe de mauvaise qualité, si c'est pas cher bah ça va être bon/moyen, si c'est un peu plus cher... bah ça va être meilleur (en général) ou en tout cas de meilleure qualité.
    Autre chose que je vais classer dans la catégorie fast food, j'ai nommé les combinis.

Haaaaaa ce fameux combinis, j'en parle depuis tout à l'heure, mais qu'est-ce ? Les combinis, mes amis, c'est la vie. Tellement bien que regardez, je fais des rimes.
    Alors en tant que citadins, donc si t'es à la campagne tu connais pas ça, lol (pas vrai Audrey), tu connais le supermarché qui traîne au bout de ta rue où c'est que tu vas faire les courses, où t'y vas tellement que les employés c'est devenu ta famille (non). Bah là-bas c'est la même mais c'est des  combinis. Il y en a même plus qu'un par rue, si t'en trouves pas un sur ton chemin c'est que t'es vraiment perdu.
    Nan mais vraiment, autour de mon appartement j'en avais 4 dont 3 qui étaient de la même enseigne alors qu'ils étaient juste l'un en face de l'autre. Après c'est vrai que j'étais tout prêt d'une grande gare mais quand même c'est de l'abus.
Ouais mais ça ne dit pas ce que c'est, déjà un combini c'est ouvert 24h sur 24h 7j sur 7, ça donne la couleur. Un moyen de te dire ce que c'est de comparer avec ce que tu connais. Tu vois le coin de ton supermarché où ils ne vendent que des sandwichs/pâtes à réchauffer boisson et dessert ? Bah un combini c'est que ça dans toute la boutique. Je te rassure, un combini c'est assez petit, genre petite épicerie, mais rempli de plats prêts à la consommation (puis tu rajoutes les chips, gâteaux, glaces bla bla bla).
    Mais les gars, c'est la vie, genre les prix sont bas (après fait attention quand même), en tant que touriste ça t'évite de claquer tes thunes dans des restaux matin midi soir, c'est franchement pas mauvais (après si c'est un combini où tout est à 100 yens là c'est un peu moins bon) et t'y manges bien. Tu peux manger pour l'équivalent de 3€, puis la boisson go la prendre au distributeur c'est terminé.
Si t'as un plat à réchauffer ils te proposent de le réchauffer pour toi, si t'as besoin de couverts ils te les donnent, aux caisses il y a même de la nourriture qu'ils exposent genre friture, hot dog, brioche asiatique et toute autre dinguerie.
    Et qu'est-ce qu'on peut trouver autre que de la nourriture dans un combini ? Tout dépend, souvent ils vendent des magasines et quelques produits qui peuvent servir au quotidien, comme je sais pas, des rasoirs ou des piles, tout varie selon le magasin. Mais peut-on y trouver des produits frais ?
    Là est le problème, enfin « problème ». Oui on peut, mais pas partout. J'ai vu des combinis qui vendent des fruits et légumes, mais ce ne sont pas les plus répandus.
    Si vous voulez vraiment faire votre cuisine, il faut chercher les vrais supermarchés et ça c'est peut-être un peu plus difficile à trouver. Mais bon, pourquoi faire sa cuisine alors que tout est déjà prêt, hein, HEIN ? Nan essayez d'apprendre à cuisiner, un minimum.
Et si on lâchait la restauration rapide pour parler de la restauration classique. Premier conseil avant de venir au Japon : apprenez à utiliser des baguettes, c'est plutôt rare qu'on vous donne couteau fourchette. En plus pour peu que vous ne parlez pas japonais je vous laisse vous amuser à en demander.
    Puis comme pour le logement, un restaurant c'est un restaurant quoi, t'y vas, tu commandes tu manges tu payes. Il y a quand même quelques trucs plus pratiques au Japon.
    Déjà quand t'arrives, même pas tu t'assois on te donne un verre, d'eau ou de thé froid. Ensuite au lieu d'avoir l'air con à lever la main pour appeler quelqu'un t'as un bouton sur la table (pas dans tous mais c'est assez fréquent), ça existe en France aussi mais pas partout. Puis, quand ils ont fini d'apporter tous les plats, ils donnent directement l'addition, ce qui évite de la demander aussi (mais ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas recommander, ils vous redonneront un autre ticket) puis vous irez payer à la caisse.     
    Enfin tout ça c'est pour la plupart des restaurants, dans un sushi bar par exemple c'est pas exactement comme ça.
    Deuxième conseil... il n'y en a pas, voilà au restaurant vous vous débrouillerez très bien.

     Vous regagnez vos appartements après avoir trouver de quoi vous remplir l'estomac, pouvant enfin vous reposez l'esprit tranquille car demain, l'aventure commence.


     Et moi, mon voyage en général, comment s'est-il passé ? (comme si je n'avais pas assez parlé de moi) Je le répète, j'y suis allé avec ma mère et mes deux petits frères, le plus grand des deux sachant plus ou moins parler japonais. Le plus petit des deux et ma mère ne s'étaient quasiment vraiment intéressé au Japon, tandis que l'autre s'y intéresse sûrement plus que moi.

    Lui et moi avons des centres d'intérêts différents, moi je regarde plus des animes que je lis des mangas, ce qui est plus le contraire chez lui. Je préfère de loin les jeux de rythmes tandis que lui il touche plus aux jeux de baston et visuals novels (ainsi qu'un peu aux jeux de rythmes aussi) et on n'écoute pas les mêmes musiques japonaises, sauf peut-être HoneyWorks (et encore, je crois que lui il les écoute en vocaloid).
    Du coup, qu'est-ce qu'on faisait ? Le matin on partait visiter des lieux un peu (beaucoup) touristiques, des trucs qui personnellement ne m'intéressait pas vraiment genre, des centres commerciaux, woaw. Puis il y avait des temples aussi, un ou deux c'est bien mais moi franchement c'est pas trop ce qui me chauffe, genre au bout du troisième je suis plus « k c b1 ». (et c'est encore un point qui nous diffère mon frère et moi)
    Puis à un certain moment on se séparait dans la nature, et là je m'amusais un peu plus. Je vous cache pas que j'ai saigné les magasins d'Akihabara et le Taito Game Center à côté de chez moi (qui est une salle d'arcade), faire des trucs que des touristes ne font pas forcément ou le font qu'une fois et pas longtemps. J'allais voir ce que je voulais enfin voilà vous avez compris, faire le touriste qui visite les lieux touristiques c'est pas trop mon truc.
    Dans l'idéal ce que j'aurais voulu c'est d'être au contact de japonais, de mon âge de préférence mais pas forcément. Mais avec la barrière de la langue et sans réelles raisons pour accoster des japonais (ou japonaises hihihihh) à part « hmm, je suis un étranger qui t'es inconnu et qui ne parle pas ta langue MAIS je veux passer du temps avec toi » baaah c'est un peu compliqué.
    Cependant j'ai quand même réussi à être en contact avec des japonais à 2 reprises. Attention, petites histoires.
    Comme vous le savez sûrement, je joue à Osu! et un jour alors que je jouais seul je vois une personne random me regarder jouer en direct du jeu. Qui était-ce ? Un brésilien/ne je ne sais pas, du coup je lui parle « wsh t ki » bla bla bla, au final on joue ensemble dans un salon qu'on crée et qui n'était pas privé. Déjà que cette personne me regarde sur les 20000 de joueurs qui étaient connectés, c'était assez improbable.
    Puis dans ce salon non privé, un autre gars rentre, un japonais, ça aussi il fallait qu'il nous trouve parmi les centaines voire milliers de serveurs ouverts, à part si il a cliqué sur le bouton « random » si jamais il existe. Et voilà, on s'est parlé et on est resté en contact, et je l'ai vu à Osaka. Et comment ça s'est passé ?
    Eh bien je ne vais pas vous cacher que c'était... une expérience intéressante ça c'est sûr, mais sacrément gênante parce-que... bah... il parlait très TRES mal anglais et moi je n'ai que des petites bases en japonais, cela va sans dire que la communication était difficile. Et c'était prévisible parce-que sur Osu! on parle généralement anglais et ça se voyait que son anglais était plus qu’approximatif. Et je suis gentil en disant « approximatif ». Donc du coup ça a freiné mon idée de vouloir voir des japonais tant que je ne parle pas mieux le japonais, c'est dommage mais ça va attendre.    
    Deuxième expérience, notre propriétaire qui nous invite au restaurant (what??). Oui ça aussi ça paraît improbable et j'en suis le premier surpris.

    En fait via Air B&B on se communiquait pas mal, c'était une personne vraiment à notre écoute et prête à nous aider à tout moment, Miki elle s'appelle, et sa tante Myung.
    Puis un jour elle nous invite à aller manger, je vous épargne les raisons de son geste mais du coup : surprise et on accepte.
    On se rencontre à la station d'Ueno bla bla bla on parle, je lui demande où elle travaille : elle travaille aux ressources humaines d'un hôtel, hôtel où on allait manger en fait. Déjà, restaurant dans un hôtel, tous les hôtels n'ont pas de restaurant.
    On arrive devant le bordel, hôtel 5*, +50 étages, superficie énorme, fontaine tout ça tout ça, ça puait le luxe quoi. Et puis elle me dit quoi ? « This is the Prime Minister's favorite » pardon ? Sachant que le premier ministre c'est le gars le plus important du pays, comment vous dire que je ne me sentais pas vraiment à ma place.
    On monte quelques étages pour aller à l'étage de restauration, je vois des tables avec pas mal de monde, je me suis dit qu'on allait là. MAIS QUE NENI, salle privatisée dans une autre partie du restaurant non accessible au public, manquait plus que le premier ministre soit venu nous checker. Et le prix des plats... on va éviter d'en parler.
     Et est-ce que c'était bon au moins ? Oui c'était bon, mais genre, pas exceptionnel non plus. Le prix devait venir de la provenance des produits et je sais pas, des histoires qu'on a lues aux animaux qu'ils ont abattus pour qu'ils dorment bien la nuit.
    Folle histoire, jamais j'aurais pensé rentrer et manger dans l'hôtel préféré du premier ministre japonais Shinzo Abe. (oui je suis allé chercher le nom sur internet) Et au final ça s'est super bien passé, je lui ai parlé de mes projets et si jamais j'ai envie de faire un stage au Japon ou trouver un travail là-bas, je pourrai toujours leur demander et en plus ils pourraient me loger.

    Oui car, avant de partir définitivement au Japon j'aimerais avoir au moins une expérience plus ou moins longue (3 6 ou 12 mois, dépendant de ce qu'on me demandera) pour me donner une idée de comment est la vie au Japon, parce-que le tourisme c'est bien, mais ça ne dévoile pas grand-chose d'un pays.
    Pourtant j'essaye d'éviter de trop faire le touriste, comme je l'ai dit plus haut, faire du tourisme pur et dur c'est pas mon truc, et j'en fais malgré moi parce-que le Japon, ce n'est pas mon pays donc je vais prendre des photos souvenirs, je vais m'intéresser à des trucs nuls enfin voilà. De toute façon, être en vacances dans une autre ville que celle où on habile c'est devenir un touriste et quoi qu'on fasse ça sera du tourisme, hein je fais du tourisme quand j'éclate des japonais sur leurs jeux de rythmes.

    Enfin voilà, là je tourne en rond, mais le Japon c'est génial. Même si c'est un pays qui, à première vu, se rapproche du notre, il est en réalité complètement différent et n'a absolument rien à voir avec le reste du monde. (et je ne parle pas que des émissions bizarres que vous voyez)
    J'espère juste que ce reste du monde n'influera pas trop les jeunes et que tout ce système basé sur le respect s'évapore peu à peu au fil des années.